Pourquoi financer un projet?

1476

Le financement est un point capital du lancement d’un projet. C’est pourquoi tout bon entrepreneur doit prioriser le financement de son entreprise. Pour les nouveaux initiés dans le monde de l’entrepreneuriat, il est indispensable qu’ils prennent connaissance de ce qu’est réellement le financement d’une entreprise. Pourquoi financer un projet ? Réponses !

Le financement d’un projet d’entreprise

Lorsqu’on parle du financement pour lancer une entreprise, il s’agit à la fois du capital nécessaire et des manières à employer pour y parvenir. Le financement considère toute l’existence de vie de l’entreprise ainsi que ses différents buts.

Lire également : Comment faire pour financer un projet ?

Les besoins sont divers et variés, dont les besoins en exploitation, les pertes potentielles, et la préparation d’un autre investissement. Autrement dit, le financement est une contribution au capital pour démarrer une entreprise. Aussi, les rentrées d’argent doivent avoir pour but la satisfaction d’un besoin réel et précis de l’entreprise. Ainsi, l’entreprise est accompagnée dans l’accomplissement de ses objectifs.

L’intérêt de recourir à une méthode de financement

A lire aussi : Ne pas déclarer ses gains de trading : Implications légales et fiscales

Une entreprise à mettre en place a plusieurs besoins, lesquels nécessitent du financement pour être réalisés. La première raison pour demander de financement est qu’il s’agit d’une exigence chronologique. Selon le secteur d’activité concerné, l’entreprise a besoin de personnel, d’équipements, de biens immobiliers. C’est ce financement qui permet à l’entrepreneur d’avoir le nécessaire pour se lancer son activité.

Quant à une entreprise déjà mise en place, mais qui a des projets de développement ou d’expansion, les besoins sont souvent connus d’avance. Pour une société par exemple, elle peut viser le rachat d’une autre entreprise ou vouloir étendre sa zone géographique. Il peut aussi s’agir de la diversification de ses activités. L’investissement productif est également une autre raison pour recourir à une méthode de financement.

Les moyens existants pour financer un projet

Il faut distinguer ici principalement deux types de moyens de financement de projet : les financements internes et les financements externes. Les financements internes sont à catégoriser. Dans ce type de financement, il y a les apports personnels de l’initiateur ou des initiateurs. Ce sont des fonds propres aux porteurs du projet eux-mêmes. Le love money est un autre financement interne : des prêts auprès des proches ou les dons reçus de part et d’autre.

Quant aux financements externes (ou structurels), ils sont de divers ordres. Les crédits professionnels sont des prêts effectués chez des organismes bancaires. Le crowdfunding encore appelé financement participatif permet d’obtenir son financement chez plusieurs personnes pour une contrepartie envers celles-ci. La levée de fonds est un autre moyen de financement qui consiste en un apport sur le capital social dont dispose l’entreprise.

Les risques liés au financement d’un projet

Le financement d’un projet est toujours un acte risqué, car il y a des aléas qui peuvent mener à l’échec. Les risques liés au financement d’un projet sont multiples et doivent être pris en compte avant de se lancer dans une telle entreprise.

Premièrement, le risque principal est celui de la perte financière. Lorsqu’on finance un projet avec ses propres fonds ou avec ceux empruntés auprès d’une banque ou bien par le biais du crowdfunding, on engage son propre argent ainsi que celui des autres investisseurs. Si le projet ne fonctionne pas comme prévu, cela peut entraîner une perte financière importante.

Il y a aussi des risques liés aux délais. Les projets ont souvent des échéances à respecter et si celles-ci ne sont pas atteintes, cela pourrait causer des difficultés financières pour les porteurs de projets ou les investisseurs impliqués.

Dernier point : il est primordial d’être vigilant et sérieux quant aux formalités administratives lorsqu’on sollicite un financement externe (crédit professionnel ou levée de fonds). Pensez à bien lire attentivement les clauses contractuelles afin de comprendre tous les engagements qu’implique ce type d’emprunt.

Malgré ces risques potentiels à prendre en compte avant toute décision de financer son projet typiquement entrepreneurial, nombreux sont ceux qui ont réussi grâce au soutien financier obtenu via ces différents moyens présentés ci-dessus.

Les critères à prendre en compte pour choisir sa méthode de financement

Maintenant que nous avons vu les différents moyens de financer un projet, si vous préférez limiter vos pertes financières potentielles, il faut opter plutôt pour du crowdfunding ou une levée de fonds auprès d’investisseurs. Le deuxième critère important est celui du besoin financier. Selon l’envergure du projet entrepreneurial (ou artistique), le budget nécessaire peut varier considérablement. Le montant total dépendra aussi des ressources dont disposent le porteur ou la porteuse du projet ainsi que de son équipe s’il y en a une. Dans ce cas-là, il faudra certainement opter pour une solution plus importante comme l’emprunt bancaire ou bien encore la participation à un concours doté d’une somme intéressante. Vient ensuite le troisième critère : le délai souhaité pour disposer des fonds. Chaque type de financement dispose d’un délai propre avant qu’on puisse réellement utiliser les fonds accordés. Si votre entreprise nécessite des liquidités rapidement, tournez-vous vers des investisseurs privés ou encore vers une plateforme dédiée aux projets innovants. Dans le cas où le projet n’a pas d’urgence particulière, une levée de fonds ou un prêt bancaire peuvent être des options à envisager. Le dernier critère est celui de la flexibilité. Est-ce que vous voulez avoir une certaine liberté quant à l’utilisation des fonds empruntés ? Si oui, alors le crowdfunding est peut-être la solution pour votre entreprise. En revanche, si vous préférez avoir plus de contrôle sur l’utilisation des fonds et être en mesure de rembourser selon vos propres conditions et modalités, optez plutôt pour un prêt bancaire classique. Il y a plusieurs facteurs qui entrent en jeu lorsqu’il s’agit de choisir la méthode idoine permettant de financer son projet entrepreneurial (ou artistique). Rappelez-vous quels sont les risques encourus mais aussi quels sont les avantages offerts par chaque option dans sa globalité.

Les avantages fiscaux liés au financement d’un projet

Il faut noter que le financement d’un projet peut aussi être bénéfique en termes fiscaux. Certains investissements peuvent même donner droit à des avantages très intéressants. En France, par exemple, les particuliers qui investissent dans une entreprise innovante peuvent bénéficier d’une réduction d’impôts sur le revenu pouvant aller jusqu’à 25 % du montant investi grâce au dispositif Madelin. Pour ce faire, il faut que l’entreprise ait été créée depuis moins de cinq ans et qu’elle soit considérée comme une PME (petite ou moyenne entreprise) répondant aux critères définis par la réglementation.

Il existe aussi des dispositifs de défiscalisation pour les entreprises souhaitant développer un projet artistique ou culturel. C’est notamment le cas avec la loi Malraux qui permet de défiscaliser jusqu’à 30 % des sommes consacrées à la restauration immobilière située dans un secteur sauvegardé. Dans cette optique-là, on peut aussi mentionner la loi Aillagon, qui permet aux entreprises souhaitant soutenir les projets culturels de réduire leur impôt sur les sociétés à hauteur de 60 % du montant versé.

Cela étant dit, il faut être vigilant avant d’investir de l’argent dans un projet et se faire conseiller par des professionnels pour en apprécier tous les risques et avantages.

Il faut rappeler que le financement participatif (ou crowdfunding) peut aussi bénéficier à des entreprises émergentes en leur permettant d’accéder plus facilement à des fonds sans passer par une levée de fonds auprès d’un petit groupe restreint d’actionnaires. Ces options sont souvent très attractives car elles offrent une visibilité supplémentaire au porteur ou à la porteuse du projet • ce qui peut faciliter son développement sur le long terme.

Choisir un mode de financement n’est pas une décision anodine : elle doit être mûrement réfléchie afin d’éviter toute mauvaise surprise ultérieure. Que vous soyez un particulier ou une entreprise souhaitant contribuer au développement économique local tout en bénéficiant des avantages fiscaux accordés, il faut étudier toutes les possibilités proposées avec attention et rigueur.

Comment préparer un dossier de financement solide et convaincant

Une fois que vous avez choisi la méthode de financement qui convient le mieux à votre projet, il est temps de préparer un dossier solide et convaincant. Que ce soit pour obtenir un prêt bancaire ou pour lever des fonds via du crowdfunding, votre dossier doit être bien structuré et contenir toutes les informations nécessaires.

Commencez par présenter clairement votre projet en expliquant son objectif principal et ses bénéfices potentiels. Vous devez montrer que vous avez déjà réalisé une étude de marché approfondie afin d’évaluer la faisabilité de votre projet ainsi que sa rentabilité éventuelle.

Décrivez l’équipe derrière le projet en mettant en avant les compétences clés des membres fondateurs ou employés. Il faut aussi inclure les CV des personnes impliquées dans le projet afin que le financeur puisse se faire une idée précise des profils professionnels.

Dans cette partie-là du dossier, il ne faut pas hésiter à mettre en avant vos réussites passées (si elles existent) comme par exemple si vous êtes déjà entrepreneur(e), si vous avez mené à bien un autre projet avec succès, etc…

Vous devez inclure une analyse financière complète accompagnée d’un plan financier sur plusieurs années qui sera capable d’illustrer la viabilité économique du projet envisagé.

Le rapport financier doit comprendre notamment :
• Un budget prévisionnel : il s’agit ici de lister tous les coûts liés au développement du produit / service proposé.
• Une projection financière : elle permettra aux investisseurs potentiels de visualiser comment va évoluer leur argent investi jusqu’à un horizon de plusieurs années. Il faut donc être précis et rigoureux dans les hypothèses utilisées pour réaliser ces projections.

Vous devez décrire toutes les garanties que vous pouvez offrir à votre financeur. Si vous demandez un prêt bancaire, par exemple, il peut être judicieux d’inclure des garanties comme la caution personnelle des fondateurs ou encore l’hypothèque sur un bien immobilier.

Préparer un dossier solide et convaincant est essentiel pour tout projet qui cherche à lever des fonds. Il doit contenir une description claire du projet ainsi qu’une analyse financière complète qui montre sa viabilité économique. N’oubliez pas aussi d’y inclure une présentation honnête de l’équipe impliquée ainsi que toutes les garanties possibles afin de rassurer le financeur potentiel.