Quelle banque contacter pour un prêt professionnel ?

1180

Pour financer un projet professionnel, vous avez la possibilité de nos jours, d’effectuer un prêt auprès des banques. Ces actions rejoignent l’aide à l’entrepreneuriat. Par ailleurs, force est de constater qu’il existe une multitude de banques qui offrent les mêmes services. Face à cette diversité, il n’est pas toujours évident de bien choisir une banque pour un prêt professionnel. Dans cet article, découvrez toutes les recommandations pour y arriver.

Comment bien choisir la banque pour un crédit professionnel ?

Afin d’effectuer le choix de la banque qui vous convient, vous devez effectuer une comparaison. En tant que prêteur, vous devez essentiellement tenir compte de la durée de remboursement proposée, les taux appliqués et les différents prêts susceptibles d’intervenir. Pour une entreprise, la durée maximum de prêt est de 5 ans. Pour effectuer un bon choix, il est conseillé de confier la gestion de ces activités de comparaisons d’offre à un courtier professionnel.

A lire également : Quel crédit peut-on obtenir en micro-entreprise ?

Pour vous proposer la meilleure offre, il prendra soin d’étudier vos besoins. Ces derniers seront axés sur le financement de la trésorerie, l’achat de machine ou de stock et les investissements importants comme l’immobilier ou le rachat d’entreprise. Sur ces bases, il pourra non seulement vous trouver un partenaire financier, capable de répondre favorablement à votre demande. Mais aussi une assistance et un suivi dans votre projet de façon indépendante.

Lire également : Constituer un dossier de surendettement : les démarches

Comment le crédit professionnel est-il octroyé ?

Le crédit professionnel est généralement octroyé dans deux situations. Soit, il peut s’agir d’une création d’activité ou d’une reprise d’activité. La plus courante est la création d’activités. Dans ce cas, pour obtenir un crédit professionnel, le demandeur doit rédiger un business plan et convaincre le banquier de la viabilité de son projet. Dans le business plan, le demandeur doit absolument aborder plusieurs volets. Il s’agit en effet de la faisabilité de l’entreprise, la projection de son chiffre d’affaires et le développement dans les années à venir. En se basant sur ces données, la banque pourra estimer les risques pour octroyer ou non le prêt.

Dans le cadre d’une reprise d’activité, le processus est beaucoup plus simple. En effet, la banque se sert des informations existantes obtenues auprès de la comptabilité actuelle pour évaluer les risques. Très souvent, elle se base sur l’excédent brut d’exploitation. Inscrit dans le bilan, c’est un élément très efficace pour apprécier la situation financière d’une entreprise. Ainsi, en utilisant plusieurs bilans de l’entreprise, le banquier peut facilement jauger la situation de l’entreprise et se prononcer sur l’accord ou non du prêt professionnel.

Les critères à prendre en compte pour évaluer la capacité de remboursement de l’emprunteur

La banque accorde un crédit professionnel sous réserve que le demandeur ait une capacité financière suffisante pour rembourser le prêt dans les délais impartis. Pour cela, elle doit prendre en compte plusieurs éléments.

La durée du prêt est essentielle car c’est elle qui permettra au demandeur de savoir s’il peut supporter les mensualités ou non. Plus la durée est longue, plus les taux seront bas et donc plus les mensualités seront faibles. Il ne faut pas oublier qu’une durée prolongée implique des intérêts supplémentaires.

Il y a le ratio dettes/ressources. Ce ratio indique si l’emprunteur se trouve dans une position financière confortable pour pouvoir rembourser son crédit professionnel sans aucune difficulté. Effectivement, si ce ratio est trop élevé, cela signifie que l’emprunteur a déjà contracté plusieurs dettes et qu’il aura des difficultés à honorer ses engagements vis-à-vis de sa nouvelle dette.

Le niveau d’endettement global fait aussi partie des critères importants étudiés par la banque avant d’accorder un prêt professionnel. Un endettement trop important peut être considéré comme un risque important pour la banque.

Le montant apporté personnellement par l’emprunteur sera aussi pris en compte lors de l’évaluation de sa demande de crédit professionnel, car cette somme témoigne directement de l’investissement personnel et du sérieux du demandeur.

Le secteur d’activité dans lequel l’emprunteur évolue peut être déterminant pour la banque, car certains secteurs sont plus risqués que d’autres. Les activités jugées comme stables par la banque auront donc plus de chances d’obtenir un crédit professionnel.

Obtenir un prêt professionnel n’est pas une mince affaire, et il faut bien préparer son dossier en amont afin d’avoir toutes les cartouches nécessaires pour convaincre les établissements financiers.

Les différents types de prêts professionnels proposés par les banques

Il existe plusieurs types de prêts professionnels que les banques peuvent proposer aux entreprises. Chacun d’eux correspond à un besoin spécifique selon le projet envisagé.

Le prêt amortissable est le plus courant. Il permet à l’emprunteur de rembourser son crédit professionnel sur une durée déterminée, avec des échéances régulières et constantes pendant toute la période du contrat. Ce type de prêt peut être adapté en fonction des besoins financiers tels que l’achat d’un bien immobilier ou encore l’investissement dans un nouveau matériel.

Le crédit-bail, aussi connu sous le nom location avec option d’achat (LOA), est une solution qui permet à l’emprunteur de louer un bien sur une période donnée sans pour autant avoir à en assumer tous les coûts liés à sa propriété. À la fin du contrat, il aura la possibilité d’en faire l’acquisition définitive s’il le souhaite.

L’escompte commercial, comme son nom l’indique, consiste en fait pour la banque à racheter les créances commerciales impayées auprès des fournisseurs afin que ces derniers puissent récupérer rapidement leur argent. L’avantage pour l’emprunteur est qu’il reçoit immédiatement le paiement sans avoir à attendre que ses clients règlent leurs factures.

L’avance en compte courant, aussi appelée découvert autorisé, permet quant à elle au chef d’entreprise d’utiliser une certaine somme d’argent qui dépasse ses fonds propres. Les intérêts sont fixés par la banque et vous devez vous renseigner sur les conditions avant de contracter ce type de prêt professionnel.

La garantie d’emprunt, quant à elle, nécessite que l’emprunteur offre un bien en garantie pour obtenir son crédit professionnel. Cela peut être notamment le cas lorsqu’il s’agit d’un montant important ou lorsque la banque considère votre projet comme étant risqué.

Chacun de ces types de prêts professionnels possède des avantages et des inconvénients qu’il vous faut prendre en compte. Vous devez comparer les différentes offres afin de sélectionner celui qui conviendra le mieux à votre situation financière ainsi qu’à vos besoins spécifiques.

Pour obtenir un crédit professionnel auprès des établissements financiers, vous devez bien préparer votre dossier en amont, en mettant en valeur votre capacité à rembourser vos dettes ainsi que la viabilité du projet envisagé. Les différents types de prêts professionnels proposés par les banques doivent aussi être scrupuleusement analysés afin de choisir celui qui correspondra le plus précisément aux besoins financiers rencontrés dans chaque entreprise.